Laeticia Hallyday, rattrapée par ses fourberies, elle paye le prix fort

0
3119

Laeticia Hallyday ne cesse de faire parler d’elle. Et cette fois, ce n’est pas au sujet de sa relation avec Pascal Balland.

Il s’agit plutôt de la dette au fisc français. Si Johnny Hallyday a « réussi » a ne pas s’en acquitter, pas sûr que sa veuve y échappe. La facture est récemment tombée. Et elle aurait pu être plus lourde, n’eût été la réduction d’une des pénalités de 80% à 40%.

Au final, la veuve de Johnny Hallyday devra s’acquitter de la somme de 13 millions d’euros. Un montant important si l’on tient compte du fait que les deux enfants aînés du taulier, David Hallyday et Laura Smet, réclame leur part de l’héritage de leur père.

L’arrangement à l’amiable entre les différentes parties, et qui était en bonne voie, ne serait plus à l’ordre du jour selon certaines publications. « L’enveloppe proposée par la maman de Jade et Joy dans le cadre des négociations avec Laura Smet et David Hallyday n’est désormais plus valable », révèle Gala.

« Selon un jugement du 17 mars 2020, révélé par le magazine Capital, la cour d’appel de Versailles a débouté Laeticia Hallyday dans une procédure qui visait à annuler un redressement fiscal de 13 millions d’euros pour la tournée Tour 66 : M’arrêter là (2009-2010) », renseigne le site.

Mais l’affaire remonte à beaucoup plus loin. En 2007, quand Johnny Hallyday s’installe en Suisse avec sa famille. « Cet exil aurait permis au taulier d’échapper  brièvement aux autorités fiscales et de ne pas s’acquitter de l’Impôt sur la Fortune », indique le site LeGossip.

En 2010, « l’administration fiscale fait alors une descente dans les différentes sociétés de Johnny. Les agents sur place découvrent un document accablant de cinq pages, « Note sur les aspects fiscaux de l’organisation de la tournée des stades de 2009 », rédigé par l’avocat fiscaliste Michel-Pierre Boutin et envoyé au chanteur », apprend-on.

Laisser un commentaire