Johnny Depp, ses confidences stupéfiantes sur sa fille Lily-Rose et les drogues

0
5500

Johnny Depp a fait couler beaucoup d’encres, ces derniers mois, concernant son divorce avec la jolie Texane, Amber Heard. En effet, les deux époux s’accusaient mutiellement de violences conjugales. Fort heureusement, le héros de pirate des Caraïbes a pu compter sur le soutien de ses anciennes compagnes, qui sont venus à sa rescousse devant le juge.

La première a brisé le silence est la chanteuse de 47 ans, Vanessa Paradis, avec qui il a eu deux enfants, Lily Rose et Jack Depp. Cette dernière a clairement souligné l’attitude non violente de son ex mari.

« Je connais Johnny Depp depuis plus de 25 ans. Nous avons été partenaire pendant 14 ans et avons élevé ensemble deux enfants. Durant toute ces années, j’ai toujours connu Johnny Depp comme étant une personne et un père gentil, attentif, généreux et non violent » a confié la mère de ses deux enfants devant le tribunal.

Quant à l’acteur américain, il se fait un point d’honneur à toujours traiter la gente féminine avec beaucoup de respect. « C’est primordial pour moi et fait partie de mes codes moraux de ne jamais frapper une femme, dans n’importe quelles circonstances et à un quelconque moment. Je trouve que cela est inconcevable et ne devrait jamais arriver. », a confié Johnny Depp.

Par ailleurs, il y a quelques jours , il est revenu sur le lien étonnant de sa fille, Lily Rose Depp avec la drogue. « Elle n’avait que 12 ans et elle a dit qu’elle ne savait pas quoi faire. Je lui ai dit : ‘Écoute, mon cœur, si tu es à une fête et que quelqu’un te tend le joint, prends le joint à la personne et passe-le à la personne suivante. S’il te plaît, n’essaie pas de drogues avec des gens que tu ne connais pas' », a indiqué son père, visiblement ému que sa fille se confie à lui.

Et de poursuivre : « Je lui ai dit que le jour où elle se sentait prête et qu’elle voulait essayer, je voulais qu’elle vienne me voir. Je ne voulais pas que sa première expérience soit avec des gens qu’elle ne connaissait pas et dont elle n’avait pas confiance. » .

D’ailleurs son père lui a acheté sa première drogue, alors qu’elle n’avait que 13 ans. « Je voulais qu’elle me fasse confiance. Je voulais m’assurer que les réglages étaient parfaits, mettre la télévision familiale, remplir le réfrigérateur de crème glacée, créer une situation où l’expérience serait aussi agréable que possible », a confié le père de famille.

Avant d’ajouter : « Je savais que la marijuana que j’avais moi-même, que je fumais moi-même, était digne de confiance et de bonne qualité »,

Laisser un commentaire