Eric Zemmour, violente dispute avec Sarah Knafo, sa nouvelle compagne

0
499

Uni depuis 1982 et père de trois grands enfants, le polémiste d’extrême-droite, Eric Zemmour a abordé officiellement mercredi sa liaison avec sa conseillère en communication, qui représente un pilier majeur dans sa campagne présidentielle. Aujourd’hui, elle est enceinte, selon nos confrères de Closer.

« Ma collaboratrice, ma compagne », a-t-il déclaré. Présent sur le plateau de BFMTV mercredi soir, Éric Zemmour a évoqué sans langue de bois sa liaison avec Sarah Knafo, valisant ainsi les rumeurs colportée par nos confrères de Paris Match. Il y a quelques mois, la publication avait fait scandale en optant avec une couverture dévoilant le polémiste torse nu, dans la mer, accompagnée par sa chère et tendre, Sarah.

« Qui est Sarah Knafo ? », questionne alors Bruce Toussaint. Rappelons que le polémiste est toujours marié avec sa femme et mère de ses trois enfants, l’avocate Mylène Chichportich. « Ma collaboratrice, ma compagne. Il n’y aurait pas eu de campagne sans Sarah Knafo », a rétorqué, avec une facilité déconcertante Éric Zemmour, qui jusque là avait érigé une muraille quaisment infranchissable sur sa vie privée.

Sarah Knafo est « à l’origine de tout », confie Antoine Diers, son directeur de campagne adjoint, durant le premier meeting du polémiste en fin d’année dernière. Chez nos confrères de BFMTV, a toutefois mis un véto à ce que la discussion ne tourne pas uniquement sur sa vie privée. « On s’arrêtera là (…). Il n’y a pas de première dame dans les institutions de la Ve République, donc les gens n’ont pas à savoir », a-t-il annoncé.

« Ma vie privée, c’est ma vie privée. Je n’ai pas à m’expliquer, je refuse toujours de répondre à ces questions, j’attaque les journaux », a-t-il annoncé. « J’ai essayé d’être le plus sincère possible », a confié celui qui se veut défenseur d’une famille traditionnelle, dans le débriefing du programme, proposé sur Twitch. Mais il semblerait que ses confidences ne soient pas appréciées par Sarah Knafo.

“Je pense qu’elle craint, très fortement, qu’on ne retienne que cette séquence. Oui, elle était agacée que ce soit la seule chose qui revienne sur les réseaux sociaux. À sa réaction, on a compris que ce n’était pas quelque chose qu’ils avaient décidé à l’avance”, ont annoncé les journalistes du service politique de BFMTV,  Philippe Corbé et Léopold Audebert

Laisser un commentaire