Catherine Laborde, frappée par Alzheimer – confidences poignantes de sa soeur

0
147

Souffrant d’une grave maladie qui mélange les symptômes de Parkinson et d’Alzheimer, la maladie à corps de Lewy, Catherine Laborde vit une véritable descente aux enfers. « J’ai aussi l’impression d’être beaucoup plus émotive qu’avant. Ça m’est difficile de sortir dans la rue, j’ai peur de tout. Il y a tellement de choses que je m’interdis de faire, d’abord par crainte de ne pas y arriver … », a-t-elle récemment indiqué.

Son entourage est d’un soutien de faille. « C’est très étrange parce qu’intellectuellement elle est évidemment brillantissime, toujours là et on a des conversations de qualité avec elle mais, parfois, elle perd la notion du temps et de l’espace et donc ça lui demande un grand effort intellectuel de savoir exactement où elle est … C’est ça qui la fatigue beaucoup et qui l’isole aussi », a lâché sa sœur, Françoise Laborde lors d’une interview accordée à nos confrères de ‘L’instant de luxe’.

Selon elle, sa maladie génère aussi beaucoup d’ennuis en parallèle, notamment sur le plan physique et mentale. Les personnes qui la côtoient ont beaucoup de mal à s’adapter à sa maladie. Fort heureusement, son époux Thomas Stern a toujours été d’un tempérament patient. « Elle m’enferme terriblement dans la solitude. C’est une sorte de vieillesse prématurée », a indiqué sa grande-sœur.

En effet, les symptômes de la maladie correspondent à celles de la vieillesse : la fatigue, les gestes pas coordonnés, les chutes. La célèbre Miss Météo tombe très régulièrement. Malheureusement, la maladie a également de lourdes répercussions sur sa santé mentale, qui est un point similaire avec Alzheimer.

« Je perds la mémoire sans arrêt. Là, je viens de vous parler et je ne sais plus ce que j’ai dit une demi-heure plus tôt. Il y a un symptôme tout à fait récent. C’est que je ne sais plus, quand je suis dans le noir, si je suis en haut ou en bas. J’ai l’impression d’être dans une machine à secouer et je ne sais plus trop où je suis, qui je suis « , a confié Catherine Laborde, lors de son passage dans le programme Sept à Huit, diffusée sur TF1.

Avant de souligner : « C’est très compliqué d’aider quelqu’un qui a cette maladie. Il y a ce danger que l’aidé prenne la place de l’aimé. Mon mari a besoin d’être énervé pour m’aimer. Je comprends ce désir de tuer celui qui apporte le mal ».

Laisser un commentaire