Albert de Monaco ne lâche pas Charlène au Palais, commémoration d’un triste événement

0
133

S’il doit déjà faire face à la maladie de son épouse, ce 6 avril marque également un triste anniversaire pour le prince Albert et les membres du Rocher.
Cette date commémore le décès du prince Rainier survenu exactement dans la nuit du 6 avril 2005 suite à une infection. Il avait 81 ans. Une veillée devrait en sa mémoire se tenir au Palais. Charlène de Monaco, qui se porterait mieux qu’à son retour au Rocher, pourrait être présente durant ce moment. 
Dans le cadre de cet anniversaire du père du prince Albert II, le magazine Point de Vue a réalisé un dossier sur le prince Rainier. La publication revient particulièrement sur la manière dont le prince souverain à l’époque était parvenu à mettre de côté Aristote Onassis, un milliardaire grec qui s’était dressé contre lui.
L’histoire remonte à 1962, lorsque le prince Rainier prend la décision d’en finir avec son grand rival. Pour y arriver, il sollicite l’aide du Général de Gaulle, qui n’appréciait pas davantage le milliardaire. La princesse Grâce, la défunte mère du souverain de Monaco, sera la première à « sonner l’hallali » lors d’une sortie publique. 
« M. Onassis a tant d’investissements plus considérables que Monte-Carlo! J’ai le sentiment que la possession de la majorité des actions […] a toujours été un amusement pour lui, plus qu’une affaire professionnelle et sérieuse », avait-elle affirmé au mois de janvier. La réponse à cette prise de parole de tarda pas. 
En février, rapporte le magazine Point de Vue, des actions de la Société des Bains de mers, six cent mille au total, sont rachetées par les membres du Conseil princier sur décret du souverain de la principauté. « Cet artifice boursier place l’homme d’affaires en minorité. Celui-ci intente un procès, mais la Cour suprême monégasque le déboute », rappelle la publication. 
Constatant qu’il avait perdu la partie, Aristote Onassis vend les parts qui lui reste et s’en va. Il décède en mars 1975 à Paris et sera enterré à Skorpios en Grèce. A l’époque, sa fortune est estimée à 1 milliard de dollars. Il lèguera une moitié à sa fille, tandis l’autre reviendra à la fondation Alexandre Onassis, du nom de son fils décédé en 1973 à l’âge de 25 ans dans un accident d’avion. 

Laisser un commentaire